Par ses effets anti-inflammatoires, neuroprotecteur, antioxydants et anticonvulsivants, le CBD (cannabidiol) gagne du terrain dans le monde thérapeutique. L’extraction de cette molécule de cannabis médical connait un pic à la manière exponentielle. Découvrons dans cet article les méthodes d’exaction les plus connues. 

L’extraction par solvants liquides

Comme son nom l’indique, cette méthode d’extraction utilise du solvant liquide pour extirper les cannabinoïdes et autres molécules de la plante de chanvre. En principe, l’alcool est impliqué dans la formule puisqu’il s’agit du solvant utilisé dans le système de la médecine traditionnelle depuis la nuit des temps. Dans le cadre de l’extraction du CBD, les producteurs font recours à l’alcool de grain, l’alcool isopropylique ou encore le naphta pour dissoudre les molécules choisies extraites. Il faudra ensuite chauffer la solution jusqu’à l’évaporation du solvant. À ce stade, il ne reste plus que les molécules. Il s’agit d’une méthode pas chère qui demande peu de temps et d’équipements spécialisés. Cependant, la salubrité des produits extraits laisse à désirer. Et si l’extraction a échoué, certains résidus du solvant restent après l’évaporation. Comme l’alcool est extrêmement inflammable, le laboratoire s’expose à de hauts risques d’explosions à défaut de vigilance.

L’extraction à l’huile alimentaire

Ce procédé consiste à extraire les CBD et les terpènes, en utilisant de l’huile végétale naturelle comme solvant. Les producteurs privilégient les huiles d’olive et de coco dans l’extraction de cannabinoïdes pour leurs propriétés lipophiles. En plus, il relève d’une approche douce et naturelle, sans aucun danger pour l’environnement. Par ailleurs, les molécules extraites sont totalement dépourvues de résidus dangereux. Il est également possible d’y ajouter certains nutriments tels que des acides gras aminés. Toutefois, le fait que les huiles végétales ne sont pas agressives n’est pas forcément une bonne chose. En effet, la procédure d’extraction prend du temps alors que la concentration du produit final n’est pas très au point. En comparaison avec le résultat de l’extraction par solvant liquide, celui obtenu par l’huile alimentaire se rapproche davantage de teintures que du goudron. D’un autre côté, il se dégrade plus vite. Mais le stockage dans de petits pots en verre peut régler ce problème.

L’extraction du CBD par CO₂

À la différence des deux autres méthodes, l’extraction par CO₂ utilise le dioxyde de carbone supercritique pour effectuer l’opération. C’est un procédé plus récent visant à exploiter les molécules selon leur nature chimique. Par sa pureté et propriété non toxique, non polluant et non inflammable, le gaz CO2 est approprié à l’extraction végétale. Ici, il sera transformé en un état quasi liquide plutôt que gazeux ou solide, vu qu’il sera soumis à des températures et une pression critique. C’est uniquement dans cette condition que l’extraction de cannabinoïdes, de terpènes et des autres molécules soit efficace. En effet, la substance traverse la matière végétale grâce à ses propriétés gazeuses et dissout les constituants grâce à son aspect liquide. C’est ce qu’on appelle décarboxylation. Ce processus est plus complexe et nécessite un équipement complexe de haute technologie. Il sera donc plus couteux que les deux autres. Par conséquent, il est développé à l’échelle industrielle. 

Comments are closed.